Les iris de demain

Obsédé par l'Unique d'aprés  Benita Green Lee 

(Tous les textes de cette page en sont extraits)
 

Dans le monde des hybrideurs d'iris barbus modernes, il y a des stars, et elles ont leurs groupies. On ne le devinerait pas en parlant avec eux : certains travaillent dans un jardin d’arrière cour, d'autres sur les 50 hectares de leur entreprise, car ils sont généralement humbles et très décontractés . Mais dans les catalogues spécialisés dans les iris, leurs noms apparaissent encore et encore: Keppel, Johnson, Black, Schreiner, Blyth, Ghio, Cayeux, Sutton, et Van Liere, parmi beaucoup d'autres. Pour les passionnés de l'iris barbu moderne, les dernières créations de ces hybrideurs les font rêver du prochain printemps. Impatients, les hybrideurs et leurs fans vibrent déjà pour les floraisons à venir et pour les combinaisons infinies de couleurs et de motifs avec lesquels les iris les combleront de surprises et de plaisir.

Keith Keppel a remporté cinq Médailles de Dykes, la plus haute distinction accordée aux créateurs  d’iris par  l’ American Iris Society (AIS), mais il considère ce qu'il fait comme "un passe-temps." Bien que la reproduction de l'iris n'ait jamais été une source principale de revenus pour Keppel, il a consacré sa vie à faire des croisements, et en travaillant avec les « enfants » des graines qui en proviennent cherche à obtenir une fleur "que personne d'autre n'a jamais vue."

 «C‘est comme le jeu," dit-il. "Une véritable addiction. Comme chaque plant va être différent, on est dansl'excitation de ce qui va se passer le printemps prochain: allez-vous obtenir quelque chose qui soit vraiment excitant et différent, et de bonne qualité »?

Dans un catalogue, le point culminant pour la plupart des fans d’iris est la liste des Introductions - ces nouvelles créations que personne n’a jamais vues . Les hybrideurs, dans les coulisses, ont travaillé sur une moyenne de six ans, se servant d’une combinaison de couleurs inhabituelle dans une fleur, mais aussi choisissant la ramification, la forme, la substance et la multiplication des rhizomes.

Les autres parties du monde où l'iris est hybridé et cultivé comprennent l'Australie, la Nouvelle-Zélande, l’Europe, le Japon, la Russie et d'autres pays slaves. Pour témoigner de l'esprit de camaraderie national et international des hybrideurs d'iris, le jardin de Keppel est souvent animé au printemps par  de drôles "d'abeilles butineuses." Deux hybrideurs d’Australie, y compris le vainqueur Australien de la Médaille de Dykes Barry Blyth, un autre médaillé de Dykes Joe Ghio de Californie, et l’hybrideur russe , Sergey Loktev, ont tous eu le privilège de faire des croisements dans les rangées d'iris de Keppel . Ce n’est pas un événement inhabituel , et quand les gousses des invités mûrissent à la fin de l'été, Keppel les étiquettera et enverra  les graines par courrier à leurs hybrideurs légitimes.

Keppel voit les relations entre la plupart des hybrideurs comme une «rivalité amicale», une idée que commente en riant Thomas Johnson .«Il y a toujours de la concurrence, mais il y a une compétition amicale. Ce  n’est pas de la concurrence secrète, déguisée, ou déloyale », dit-il, ajoutant que," c’est probablement l'un des meilleurs groupes de sélectionneurs de plantes qu'il y ait parce qu’on partage l'information, et c’est très encourageant pour quiconque veut débuter».

Pour Ray Schreiner, la meilleure partie des croisements est "l'excitation de la création d'une nouvelle variété et l’espoir d’avoir une fleur nouvelle ou améliorée," . Cela signifie qu’elle pourra être ré-croisée avec des variétés qui ont les caractéristiques que hybrideur veut voir apparaître dans la prochaine génération. Si elle a une belle floraison, mais une tige rachitique, l'éleveur peut la croiser avec un cultivar qui a une meilleure ramification, et répéter ce processus chaque printemps dans l'espoir que l'enfant de la plante mère originale sera un petit miracle, prêt à être enregistré.

Le premier lot de fleurs d'un seul croisement peut montrer plusieurs similitudes génétiques - peut-être toutes les fleurs bleues - ou il peut être un mélange des différences et des motifs colorés. Mais même s’ils se ressemblent, ils ne sont pas génétiquement identiques. Cela fait partie du plaisir de l’hybridation.

En France, le producteur le plus connu d'iris barbu est la famille Cayeux. Richard Cayeux consacre environ 1 hectare à ses croisements: "c’est suffisant pour une personne". Pour hybrider, la plupart des hybrideurs, y compris Cayeux, semblent convenir que comprendre un peu la génétique peut être utile,  mais la simple observation et l'instinct jouent un rôle dans le croisement  de deux iris pour produire quelque chose d'unique ou de meilleur que les plantes mères.

"Pendant l'hiver, je travaille avec la génétique à l'esprit et au cours de la saison de floraison, l'instinct est de retour". "Quoi qu'il en soit, les résultats sont la chose principale. Cependant, la génétique est utile, je crois que l'instinct est aussi important ".

Dans les créations de Johnson, il est clair que l'hybrideur n'a pas peur de prendre des risques et voir ce qui arrive avec ses croisements, mais ce qu'il choisit d'introduire révèle un amour des transitions et des couleurs subtiles, jusque dans les barbes . À première vue, «Don’t Stop Believing 'ressemble à un bonbon, c’est un iris principalement rose avec un peu de blanc dans les sépales. Après un examen approfondi, la fleur révèle des sépales bordés du même rose que les pétales, avec un joli contraste "blanc de lait», au centre. Les barbes sont  "à moitié mandarine et à moitié lilas."  Johnson a obtenu des  teintes extraordinaires mais complémentaires. Hybrider des iris barbus nécessite aussi peu ou autant de connaissances de la botanique et de la génétique qu’un hybrideur peut avoir, mais c’est aussi un effort créatif. Keppel parle « d’une forme artistique de la science ou une forme scientifique de l'art. "

De même, Johnson aime dire que la sélection végétale est une sorte de métier.«Ce qui est amusant à propos de l'hybridation d’iris," dit-il, "c’est qu'il y a tellement de couleurs différentes. A partir de là vous pouvez obtenir une infinité de fleurs distinctes. Elles peuvent devenir très complexes, parce qu’il y a tellement de variables que cela procure beaucoup de plaisir de faire des croisements avec autant de possibilités ".

Mais comme tout autre artiste, comment un hybrideur peut-il savoir quand son travail est terminé et prêt à être montré au public? Bob Van Liere, dont tant de plants sont mis au compost, explique que le choix d'un iris pour l'introduction peut être très émotionnel."Certaines plants vont vous interpeller  dans le jardin, et vous avez les voyez de loin», dit Van Liere. "D'autres  sont un peu plus subtils. Pour certains dont vous aimez la fleur vous voudriez plus de ramification, alors c’est un déchirement, 'Eh bien, dois-je le présenter?' "

Des "umbratas"

Le gène umbrata détermine la réduction partielle ou totale des couleurs sur les pétales et les bordures des sépales, d'une manière trés délimitée ou diffuse. La bordure ainsi décolorée peut être assez fine ou trés large.

 

Après des décennies d'hybridation, Keppel semble avoir fait la paix avec ses déceptions, mais il est clair qu'il maintient également un perfectionnisme qui lui permet de présenter des iris qui éblouissent les fans, même si lui seul en  remarque tous les défauts.

"Je ne pense pas avoir présenté un iris avec lequel d'une manière ou une autre, je n’ai pas eu de regrets parce que je n'ai pas encore réussi l’iris parfait," dit-il.

Vous avez dit bizarre?